www.mamboteam.com
Hypersomnie idiopathique, hypersomnies centrales primaires et secondaires; somnolence, fatigue et sommeil  
Accueil
29-03-2017
 
 
Menu principal
Accueil
Le sommeil
Hypersomnie idiopathique
Hypersomnies secondaires
Narcolepsie avec cataplexie
Thèse de Neurosciences
Liens
Plan de Hypersomnies.fr
Derniers articles
Articles les plus lus


Image Exemple



L'hypersomnie idiopathique Convertir en PDF 

   L'hypersomnie idiopathique est une maladie rare du sujet jeune dont on ne connait toujours pas la cause. Les patients atteints de cette maladie (car l'hypersomnie idiopathique est une vraie maladie) souffrent d'une très grande fatigue voire somnolence, du réveil au coucher.

    L'hypersomnie est idiopathique puisqu'on ne connait pas son origine, à la différence des hypersomnies secondaires (lésion cérébrale, etc.) Elle a été peu étudiée jusqu'à ce jour, bien que cette pathologie du sommeil, qui consiste à trop dormir, soit un réel handicap. C'est une maladie à part entière ; elle peut être primaire (idiopathique) et n'avoir aucune cause connue, à la différence de l'hypersomnie secondaire, liée à une autre maladie grave pouvant être la cause de l'hypersomnolence (maladie de parkinson, sclérose en plaque, etc.)

    Les patients décrivent leur sommeil comme très lourd et profond : ils ne sont en général pas réveillés par le bruit : par exemple, ils ne savent pas au petit matin que la nuit il y a eu une tempête ou un violent orage puisque cela ne les a pas réveillés. Leur sommeil nocturne est de grande qualité mais aussi de longue durée : typiquement plus de dix heures par nuit qui se font en une traite. Les réveils nocturnes sont rares et les patients souffrant d'hypersomnie idiopathique ne se lèvent quasiment jamais la nuit. Une particularité des hypersomniaques est qu'ils décrivent leur nuit comme une extinction totale, une mise en veille prolongée semblable à une anesthésie générale. Ils n'ont aucun souvenir de leur nuit, c'est comme si on avait appuyé sur le bouton off et que le lendemain, on appuyait sur on : ils n'ont pas conscience du déroulement de la nuit. Ainsi lorsqu'une personne ordinaire se réveille, elle peut généralement dire son temps de sommeil, ou l'heure actuelle, mais dans le cas de l'hypersomnie idiopathique, les patients sont incapables de savoir s'ils ont dormi 1h ou 12 heures. Ceci explique parfois qu'il puisse y avoir une perte de la notion du temps. Il peut arriver que des patients hypersomniaques fassent des nuits de très longue durée associées à des siestes de plusieurs heures; le sommeil diurne est également de grande qualité. Malheureusement, ces siestes sont le plus souvent non récupératrices.

    La longue période de sommeil est en partie due à un réveil tardif qui n'est classiquement pas accompagné de souvenirs de rêves. Que la personne se couche vers 20h ou 2h du matin ne change pas son heure de réveil qui se situe souvent aux alentours de midi. La majorité des patients connaissent des ivresses de sommeil qui sont de très grandes difficultés, voire une incapacité à se lever. Les patients se réveillent avec une sensation de besoin de dormir et une très grande difficulté à lutter pour se réveiller, maintenir les yeux ouverts et surtout se lever, puisque leur réveil s'associe à une désorientation temporo-spatiale. Concrètement, le réveil est très difficile (difficulté à émerger) et nécessite la présence de plusieurs réveils-matin, voire d'une aide extérieure. C'est en général la plus grande difficulté des patients qui arrivent très souvent en retard le matin (5 minutes en retard mais parfois 2 heures en retard, puisque lorsqu'ils se rendorment, ils ne se réveillent pas quelques minutes après mais refont un cycle de sommeil complet).

    A coté de ce problème de trop dormir, les patients se plaignent souvent d'une grande fatigue continue (sensation de ne jamais être pleinement réveillé, un hypoéveil) et d'hypersomnolence diurne plus ou moins permanente : tendance à s'endormir trop facilement. Ces accès de sommeil sont plus ou moins irrépressibles (irrésistibles) suivant les cas. Mais c'est une différence majeure avec la narcolepsie où les accès de sommeil sont brutaux et contre lesquels les patients ne peuvent bien souvent pas lutter.

    A cela peut s'associer des problèmes de mémoire (troubles mnésiques) , des comportements automatiques, des migraines, des bouffées de chaleur, des sueurs, un syndrome de raynaud et/ou une hypotension orthostatique. Il existe différentes formes d'hypersomnie idiopathique et tous les patients ne ressentent pas les mêmes difficultés à la même intensité.

 

    La prise en charge thérapeutique se fait grâce à des médicaments stimulants appelés "psychostimulants" :

  • Modafinil : Modiodal ®, Provigil ®
  • Chlorhydrate de méthylphénidate : Rilatine ®, Rilatine ® LP, Concerta ®
  • Dextroamphetamine (Dexamphetamine) : Dexedrine ®, Dextrostat ®
  • Dextroamphetamine & Laevoamphetamine : Adderall ®, Obetrol ®
  • Methamphetamine-HCl: Desoxyn
  • Fluoxetine : Prozac ®
  • Venlafaxine : Effexor ®


 

 

 

 

 

Historique

Classification
Découverte 


La maladie

L'hypersomnie idiopathique : résumé
Le diagnostique
Déclenchement
Points clés à retenir :
Le plus dur: le réveil
La somnolence
La fatigue
Siestes
Problèmes avec les autres
Troubles associés
Les traitements
Compenser la maladie
Quelques conseils
Pour les parents

 


 Données actuelles

Classification actuelle
Données validées
Médecine Alternative
résultats divers


Troubles pouvant être associés

Fatigue centrale
Hallucinations
Paralysie du sommeil
La cataplexie
Comportements automatiques
Apprentisage en série
Soucis de mémoire
Amnésie subite

Maladies ayant des points communs

Le syndrome de raynaud
Hypotension orthostatique
Fibromyalgie et syndrome de fatigue chronique
 

Recherches passées

Resume des articles publiés
1972 Roth Bendrich
1981a Roth Bendrich
1981b Roth Bendrich
1982 Guilleminault C
1983 Faull Kym F
1986 Poirier G
1986 Baker Theodore L
1987 Matsunaga H
1994 Billiard Michel
1994 Bove Antonio
1997 Bassetti Claudio
2000 Nevsímalová S
2000 Sforza E
2000 Vgontzas Alexandre
2004 Grossman A
2005 Komada Yoko
2006 Oosterloo M
2006 Vernet Cyrille Poster 1
2006 Vernet Cyrille Poster 2
2007 Martínez-Rodríguez JE
2007 Anderson KN
2007 Heier MS
2008 Al-Shawwa B
2009 Nishino S
2009 Kanbayashi T
2009 Vernet C
2010 Vernet C
2009 Vernet C; Poster 1
2009 Vernet C; Poster 2

Recherches annexes

2004 Kräuchi K; waking up
1999 Born J, le réveil spontané

Revues passées

2005 Dauvilliers Y
2006 Dauvilliers Y
2006 Young TJ
2007 Billiard M

Les théories

De longs dormeurs en privation
Sleep induces sleep
Sommeil Polyphasique
Théorie du démarrage
Théorie de l'ours
Théorie du lézard
Non Stop Secretion
Hyperexcitabilité sensorielle

Voies de recherche

hypersomnies expérimentales
Métabolisme énergétique
La lumière

Bibliographie

Hypersomnie idiopathique
Somnolence diurne
Hypersomnie et Narcolepsie

 

Les hypersomnies secondaires

Le terme hypersomnie secondaire est ici utilisé dans le sens d'une pathologie dans laquelle on retrouve les symptômes de l'hypersomnie idiopathique mais on la déclare secondaire puisqu'une cause potentielle de cette hypersomnie a pu être mise en évidence.

On parle par exemple d'une hypersomnie secondaire à une lésion cérébrale ou à une tumeur.

Les différentes formes

Secondaires à l'hypoxie chez les apnéiques
Mouche tsé tsé
Secondaires aux apnées
Secondaires aux mouvements de jambes
La narcolepsie
Secondaires à une mauvaise hygiène de sommeil

 

L'hypersomnie secondaire

Hypersomnies expérimentales

Bibliographie

 

Image Exemple

 

Dernière mise à jour : ( 29-01-2011 )
 
< Précédent   Suivant >
 
Top! Top!