www.mamboteam.com
Hypersomnie idiopathique, hypersomnies centrales primaires et secondaires; somnolence, fatigue et sommeil  
Accueil arrow Le sommeil arrow Pathologies du sommeil arrow Le syndrome d'apnées du sommeil
26-04-2017
 
 
Menu principal
Accueil
Le sommeil
Hypersomnie idiopathique
Hypersomnies secondaires
Narcolepsie avec cataplexie
Thèse de Neurosciences
Liens
Plan de Hypersomnies.fr


Image Exemple



Le syndrome d'apnées du sommeil Convertir en PDF 

    Le syndrome d'apnées du sommeil (SAS) est un ensemble de signes en rapport avec des arrêts respiratoires (apnées) et/ou des diminutions du flux respiratoire (hypopnées) pendant le sommeil. Ces évènements sont liés à la fermeture ou au rétrécissement excessif du pharynx pendant le sommeil; dans ce cas on parles d'apnées obstructives (SAOS : syndrome d'apnées obstructives du sommeil).
 
    Il est normal que lors de notre sommeil nous fassions quelques apnées ou hypopnées; on parle de syndrome lorsque ces éléments sont fréquents et prolongés entrainant une diminution significative du taux d'oxygène dans le sang. Ce syndrome d'apnées-hypopnées du sommeil touche 2% des femmes et 4% des hommes.
 
    Les conséquences de cette appauvrissement en oxygène sont des micro éveils accompagnés d'une augmentation de la fréquence cardiaque permettant la ré-oxygénation pendant quelques secondes avant de retomber dans le sommeil. Il va y avoir au cours de la nuit une répétition de ces arrêts respiratoires suivis d'éveils expliquant le sentiment de mal dormir (pour le patient comme pour son partenaire de lit); de plus les apnées peuvent induire des cauchemars.
 
    A long terme le SAS va provoquer une hypersomnolence diurne, une hypertension artérielle et d'autres troubles cardio-vasculaires. Les apnées auront pour conséquence une inflammation locale secondaire et il va se produire une adaptation des muscles œsophagiens qui vont devenir plus gros et vont se renforcer en fibres musculaires rapides au détriment des fibres lentes afin de mieux compenser les apnées. Se syndrome est aussi associé à l'inhibition du réflexe gastro oesophagien. 
 
    Les facteurs de risques sont l'anatomie du pharynx qui aura plus ou moins tendance à être obstrué et le facteur neuromusculaire : le tonus des muscles qui sera plus ou moins fort et plus ou moins inhibé pendant le sommeil.
Il faut savoir qu'il existe des facteurs renforçant : l'alcool qui va diminuer le tonus musculaire des muscles œsophagiens, la prise de poids et l'utilisation d'opioides et de certains anti dépresseurs. 

Signes évocateurs du syndrome d'apnées-hypopnées :

- somnolence diurne excessive
- ronflements
- pauses respiratoires au cours du sommeil signalées par l'entourage
- sensation d'étouffement pendant le réveil
- sommeil non réparateur, fatigue au réveil
- urine plus d'une fois la nuit
- céphalées matinales fréquentes
- troubles de la sexualité (libido, érection)

    Le traitement actuelle est non médicamenteux, c'est la ventilation par pression positive (PPC) qui améliorera l'humeur et augmentera l'énergie du patient. On recommandera toujours au patient d'augmenter son activité physique afin de perdre un peu de poids (Même une faible perte de poids aura des répercussions positives)

    Si le syndrôme d'apnées-hypopnées peut sembler assez peu handicapant chez certaines personnes, il est très important que cette pathologie soit traitée le plus tôt possible puisqu'elle peut entrainer à la longue de grâves problèmes comme des hypersomnies secondaires à des lésions hypoxiques (lien). 

 

Recherche 

Plusieurs marqueurs de l'inflammation ont montré que le syndrome d'apnées du sommeil et sa sévérité sont corrélés à une inflammation du système nerveux central : CRP = protéine C-réactive dosée à la fois dans le serum et dans le liquide cephalo rachidien.

L'excrétion urinaire de l'albumine est un biomarqueur également corrélé aux apnées mais celui ci indique un risque cardiovasculaire croissant.

la prise de béta bloquants chez des patients apnéiques ayant des problèmes cardiovasculaires s'accompagne généralement d'une diminution des apnées. Il semble donc que le système cardiovasculaire et les apnées soient liés dans les 2 sens et que l'amélioration de l'un des 2 améliore l'autre tout comme des problèmes pour l'un s'accompagne de problèmes pour l'autre système. 

 

 

 

 

 

 

Dernière mise à jour : ( 14-04-2009 )
 
< Précédent   Suivant >
 
Top! Top!