www.mamboteam.com
Hypersomnie idiopathique, hypersomnies centrales primaires et secondaires; somnolence, fatigue et sommeil  
Accueil arrow Le sommeil arrow Données avancées arrow Hypocrétine
27-05-2017
 
 
Menu principal
Accueil
Le sommeil
Hypersomnie idiopathique
Hypersomnies secondaires
Narcolepsie avec cataplexie
Thèse de Neurosciences
Liens
Plan de Hypersomnies.fr


Image Exemple



hypocrétine Convertir en PDF 

    L'hypocrétine (hcrt) est aussi appelée orexine car elle a était découverte simultanément par 2 équipes différentes. C'est un neurotransmetteur cérébral qui a été recemment découvert. Il est produit par une partie de l'hypothalamus: les corps cellulaires des neurones exprimant l’hcrt sont restreints à l’hypothalamus latéral, mais projettent dans de nombreuses structures cérébrales, dont certains noyaux impliqués dans le contrôle du cycle veille/sommeil., il existe deux formes de ce neurotransmetteur (hcrt-1 = orexine A et hcrt-2 = Orexine B) qui se lient avec des affinités distinctes aux deux récepteurs hcrt connus (types 1 et 2). Leur activation, probablement via des protéines de type Gq, provoque l’ouverture de canaux calciques et, par conséquent, une augmentation de la fréquence des courants post-synaptiques
 
    Bien que les premières études aient focalisé l’attention sur le rôle de l’hypocrétine-orexine dans le contrôle du comportement alimentaire, ce peptide est en fait un élément clé dans une pathologie de l’éveil: la narcolepsie. Il vient d'être montré que ce système régule la veille et le sommeil via des interactions avec les systèmes régulant les émotions, la récompense et l'homéostasie énergétique.
    On sait aussi que ce petide, chez le rat mâle, agit d'une manière sensible aux stéroides pour faciliter la recherche de récompense naturelles comme le sexe (via une activation du système dopaminergique du cortex mésolimbique).
 
    Dans la narcolepsie avec cataplexie il a été montré que les patients possédait un taux d'hypocrétine-1 très faible dans leur liquide céphalo rachidien (dosage effectuée après une ponction lombaire), de plus l’analyse anatomo-pathologique post-mortem du cerveau rapporte une disparition quasi-complète de ces neurones hypocrétinergiques. Il semble donc impliqué dans la survenue des cataplexies et ceci semble lié au marqueur HLA DQB1*0602 puisqu'on le trouve chez quasi tous les narcoleptiques avec cataplexie. . Ce taux d'hypocrétine est normale chez les patients narcoleptiques sans cataplexie tout comme dans les hypersomnies idiopathiques.
 
 
Dernière mise à jour : ( 10-07-2007 )
 
< Précédent   Suivant >
 
Top! Top!