www.mamboteam.com
Hypersomnie idiopathique, hypersomnies centrales primaires et secondaires; somnolence, fatigue et sommeil  
Accueil arrow Narcolepsie avec cataplexie arrow La cataplexie arrow • Neurophysiologie de la cataplexie
22-10-2017
 
 
Menu principal
Accueil
Le sommeil
Hypersomnie idiopathique
Hypersomnies secondaires
Narcolepsie avec cataplexie
Thèse de Neurosciences
Liens
Plan de Hypersomnies.fr


Image Exemple



• Neurophysiologie de la cataplexie Convertir en PDF 

Neurophysiologie de la cataplexie

 

Les études électrophysiologiques n’ont jamais révélé d’anormalités spécifiques, en dehors des attaques de cataplexie, au niveau de l’EEG, de l’EMG, de l’EOG, des réflexes H, des réflexes de clignement ou des réflexes des masséters (Lammers et Coll., 2000; Morrish et Coll., 2004).
Au cours de la cataplexie, l’EEG des patients est typique de l’éveil normal (Guilleminault et Coll., 1974; Rubboli et Coll., 2000). Les mouvements oculaires sont préservés (Guilleminault et Coll., 1974; Dyken et Coll., 1996). En revanche, au cours de longues attaques, quand les patients rapportent des sensations hypnagogiques, l’EEG peut graduellement présenter les caractéristiques du sommeil paradoxal (Guilleminault et Coll., 1998). Lors de la cataplexie la perte du tonus musculaire est soudaine ; au cours de cette phase atonique quelques bouffées d’activité peuvent se produire. Les muscles de la face et des bras sont les premiers à retrouver une activité normale (Guilleminault et Coll., 1974; Guilleminault et Coll., 1998; Rubboli et Coll., 2000). La voie cortico-spinale ne semble pas interrompue pendant une attaque de cataplexie.
 
 

 

 
< Précédent
 
Top! Top!