www.mamboteam.com
Hypersomnie idiopathique, hypersomnies centrales primaires et secondaires; somnolence, fatigue et sommeil  
Accueil arrow Le sommeil arrow Pathologies du sommeil arrow Syndrome des jambes sans repos
22-08-2017
 
 
Menu principal
Accueil
Le sommeil
Hypersomnie idiopathique
Hypersomnies secondaires
Narcolepsie avec cataplexie
Thèse de Neurosciences
Liens
Plan de Hypersomnies.fr


Image Exemple



Syndrome des jambes sans repos Convertir en PDF 

    Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) se traduit en anglais par RLS : restless legs syndrome; en français on utilise aussi le terme impatiences.

    Les impatiences sont des sensations désagréables au niveaux des jambes qui provoque un besoin de bouger : mouvement des membres physiquement ou mentalement (le plus souvent : marcher). Ces symptômes sont plus grave le soir et la nuit et augmentent en situation de repos.

    Les patients ont toujours de grandes difficultés a s'endormir a cause de la gène occasionnée par ces impatiences. En particulier ils ont une grande difficulté à se trouver allonger confortablement. Certains patients sont réveillés au milieu de la nuit et sont obligés de se lever et de faire des mouvements pour calmer leurs impatiences. Ceci entraine généralement une somnolence et une fatigue diurne mais surtout peut causer des troubles psychologiques graves liés au coucher et a l'aggravation des impatiences. 

    80% des patients atteints du syndrome des jambes sans repos ont un syndrome de mouvement périodique de jambes. 

    Ce trouble peut être lié à une déficience en fer (anémie) puisque c'est un cofacteur indispensable de la tyrosine hydroxylase; mais il peut aussi être lié au diabète ou à une neuropathie périphérique ou encore à un déficit rénal. Les facteurs de risques sont l'âge : 3% des 18-29 ans, 10% des 30-79 ans et 19% des plus de 80 ans. Mais le manque d'exercice est aussi un important facteur de risque. Le syndrome des jambes sans repos peut débuter ou s'aggraver pendant la grossesse.

    La cause de ce trouble est une diminution du fonctionnement de systèmes dopaminergiques (caudate, putamen). il existe une composante sensitive et somatotopique comme pour la douleur.

    Le syndrome des jambes sans repos est rare chez l'enfant, et en particulier dans sa forme idiopathique. Or, il est relativement fréquent chez l'enfant présentant un trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité.

    Le traitement se fait à plusieurs niveaux : tout d'abord la mesure du taux de ferritine sanguin permet de détecter une anémie qui sera traitée par un apport de fer afin de retrouver un taux normal. On recommandera d'augmenter l'activité physique de la personne. Si le fer ne résout pas le trouble on utilisera des agonistes dopaminergiques (surtout le récepteur dopaminergique D3) : pramipexole, ergotamine, pergolide ou d'autres traitements : opioide, gabapentin, clonazepam, siphrole.

 

Dernière mise à jour : ( 06-01-2010 )
 
< Précédent   Suivant >
 
Top! Top!