www.mamboteam.com
Hypersomnie idiopathique, hypersomnies centrales primaires et secondaires; somnolence, fatigue et sommeil  
Accueil arrow Hypersomnie idiopathique arrow Recherches passées arrow 2000 Nevsimalova S
25-06-2017
 
 
Menu principal
Accueil
Le sommeil
Hypersomnie idiopathique
Hypersomnies secondaires
Narcolepsie avec cataplexie
Thèse de Neurosciences
Liens
Plan de Hypersomnies.fr


Image Exemple



2000 Nevsímalová S Convertir en PDF 

 A contribution to pathophysiology of idiopathic hypersomnia.

 Nevsímalová S, Prague

 

15 patients (11 femmes et 4 hommes) atteints d'hypersomnie idiopathique et d'âge moyen 35.5 ± 15.3 ans ont eu leur taux de mélatonine et de cortisol mesuré sur 24 heures par un dosage salivaire. Tous les patients avaient des symptômes d'ivresse de sommeil.  Un groupe control de 15 sujets (non hypersomniaques) a été mesuré et comparer au groupe de patients atteints d'hypersomnie idiopathique. Aucune information supplémentaire n'ait donné sur ces controles (temoins sains ou patients apnéiques?).

Le taux de mélatonine était plus bas chez les hypersomniaques que chez les témoins et les auteurs ont trouvés un retard de sécrétion de la mélatonine de 2 heures ainsi qu'un allongement de la période de sécrétion d'une heure dans le groupe de patients hypersomniaques. Concernant le taux de cortisol, un retard de sécrétion de 4 heures a été mis en évidence ce qui serait en liaison avec les problèmes de réveil chez les patients : ivresse de sommeil. Le retard de sécrétion de la méléatonine provoquerait un retard de phase : endormissement tardif avec réveil retardé.


 

    Nevsímalová S, Blazejová K, Illnerová H, Hájek I, Vanková J, Pretl M, Sonka K.
    A contribution to pathophysiology of idiopathic hypersomnia.
    Suppl Clin Neurophysiol. 2000;53:366-70
 
 
 

 

Dernière mise à jour : ( 06-04-2010 )
 
< Précédent   Suivant >
 
Top! Top!