www.mamboteam.com
Hypersomnie idiopathique, hypersomnies centrales primaires et secondaires; somnolence, fatigue et sommeil  
Accueil arrow Thèse de Neurosciences arrow Thèse : Les hypersomnies arrow Y a-t-il différents phénotypes d'hypersomnie idiopathique ?
18-06-2018
 
 
Menu principal
Accueil
Le sommeil
Hypersomnie idiopathique
Hypersomnies secondaires
Narcolepsie avec cataplexie
Thèse de Neurosciences
Liens
Plan de Hypersomnies.fr


Image Exemple



Y a-t-il différents phénotypes d'hypersomnie idiopathique ? Convertir en PDF 

Communication orale présentée lors du Congres francais du sommei, 22-24 novembre 2007, Angers / nantes, france.

Introduction : L’hypersomnie idiopathique (HI) est une pathologie de l’éveil rare, d’identification récente et mal caractérisée. Certains patients semblent présenter des phénotypes particuliers. Il n’y a cependant pas eu d’exploration contrôlée des HI pendant 48h.

Méthodes : 72 patients avec HI (temps de sommeil >11h) et 21 volontaires sains appariés ont bénéficié d’un enregistrement polysomnographique de 48 h comprenant une nuit d’habituation, des tests itératifs de latence d’endormissement (TILE), puis 24h d’enregistrement continu ad lib au lit.

Résultats : les patients avec HI avaient plus souvent une typologie du soir et des scores de somnolence, de fatigue, d’anxiété et de dépression supérieurs aux témoins. Le temps de sommeil sur 24 h était de 702±94 min (HI) et 550±73 min (contrôles). Le dernier épisode de sommeil lent profond était réalisé à 8h46 (HI) contre 5h52 (témoins). La latence aux TILE était normale (>8 min) chez 41% des hypersomniaques. Parmi les HI, 72.2% avaient une répartition harmonieuse des stades de sommeil sur 24h. Chez les 8,3% patients avec un excès de sommeil lent léger (514±68 min), les autres stades étaient réduits, suggérant un profil proche de l’hypoéveil sous sédatifs. Chez les 11,1% patients avec un excès de sommeil lent profond (261±65 min), il n’y avait pas de modification des autres stades et plus souvent du sommeil lent profond en fin de nuit. Chez les 8,3% avec un excès de sommeil paradoxal (235±32 min), la latence de sommeil paradoxal était courte (46±25 min), mais sans narcolepsie ni signe dépressif.

Conclusion : L’hypersomnie harmonieuse suggère un déficit isolé de l’éveil. Un mécanisme différent (désinhibition spécifique des sommeils profond ou paradoxal ?) semble affecter 20% des hypersomniaques. Les TILE ont une mauvaise sensibilité diagnostique (59%) dans l’hypersomnie.

 

Dernière mise à jour : ( 29-01-2011 )
 
< Précédent   Suivant >
 
Top! Top!