www.mamboteam.com
Hypersomnie idiopathique, hypersomnies centrales primaires et secondaires; somnolence, fatigue et sommeil  
Accueil arrow Hypersomnie idiopathique arrow Recherches passées arrow 1981a Roth Bendrich
24-05-2017
 
 
Menu principal
Accueil
Le sommeil
Hypersomnie idiopathique
Hypersomnies secondaires
Narcolepsie avec cataplexie
Thèse de Neurosciences
Liens
Plan de Hypersomnies.fr


Image Exemple



1981a Roth Bendrich Convertir en PDF 

Idiopathic Hypersomnia: a study of 187 personally observed cases

 Roth Bendrich, MD, Prague

 

    Ce papier va essayer de séparer les cas d'hypersomnies idiopathiques en différentes formes :

- forme symptomatique où une cause en est certainement responsable (ce que l'on appelle hypersomnie secondaire)

- forme fonctionnelle où aucune cause n'a pu être mise en évidence. Cette forme est elle même divisée en forme à cycle court ou long (ce qui serait le syndrome de kleine-levin).

Finalement il dit que la forme fonctionnel à cycle court forme une maladie indépendante qu'il propose d'appeler l'hypersomnie idiopathique. Il y décrit que les attaques de somnolence sont bien ressenties et peuvent être combattues. Si le patient s'endort la sieste va durée plusieurs heures dans 80% des cas. Les patients sont dans un état quasi permanent de somnolence qui ne disparait que de temps en temps particulièrement lorsque les patients sont actifs ou stimulés. L'ivresse de sommeil est présente chez 58% des patients et généralement ceux qui ont de longues nuit de sommeil sont touchés par l'ivresse de sommeil c'est pourquoi il nomme ces patients par la forme polysymptomatique. Certains patients prennent des douches froides pour se réveiller le matin. Il retrouve 40% de changement de l'humeur avec 26% de dépression.

Il note la présence relativement fréquente de certains troubles
30 avaient une ptosis bilatérale (abaissement de la paupière supérieure)
27 patients avaient des signes de Chvostek (Chvostek's sign = a twitch of the facial muscles following gentle tapping over the facial nerve in front f the ear that indicates hyperirritability of the facial nerve)
25 patients avaient le bout des extrémités froids (syndrome de raynaud)
56 patients étaient en légère hypotension artérielle

    Au final c'est une étude très intéressante qui permet de retrouver certains symptômes qui ne seront malheureusement pas étudiés systématiquement par la suite par les autres groupes de recherche.

 

Roth B.
Idiopathic hypersomnia: a study of 187 personally observed cases.
Int J Neurol. 1981;15(1-2):108-18.

 

 

Dernière mise à jour : ( 06-04-2010 )
 
< Précédent   Suivant >
 
Top! Top!