www.mamboteam.com
Hypersomnie idiopathique, hypersomnies centrales primaires et secondaires; somnolence, fatigue et sommeil  
Accueil arrow Le sommeil arrow Pathologies du sommeil arrow Narcolepsie chez l'enfant
19-11-2017
 
 
Menu principal
Accueil
Le sommeil
Hypersomnie idiopathique
Hypersomnies secondaires
Narcolepsie avec cataplexie
Thèse de Neurosciences
Liens
Plan de Hypersomnies.fr


Image Exemple



Narcolepsie chez les enfants Convertir en PDF 

    Bien que classiquement la narcolepsie apparaisse vers la deuxième décennie (15-25 ans), elle se déclare parfois plus tôt. On a donc des enfants pouvant être atteints de narcolepsie à partir de 4 ans. Rarement plus tôt; seul un bébé de 6 mois s'est révélé narcoleptique et il a été montré qu'il possédait une mutation génétique responsable de la maladie.
 
    Il est important que dans le milieu scolaire les gens (médecins scolaires, instituteurs, professeurs...) soient informés de l'existence de certains troubles du sommeil : hypersomnie, narcolepsie, maladie de Kleine Levin... (ainsi que les autre maladies de l'enfant : hyperactivité, déficit de l'attention...). Cela permettrait de diagnostiquer précocement la maladie chez l'enfant, ce qui permettrait une meilleur prise en charge, ce qui permettrait à l'enfant de reprendre une scolarité moins troublée.
 
    De plus dans le cas de la maladie de Gélineau, les symptômes de la narcolepsie risquent fort de poser problème à l'enfant : de le désocialiser en plus de provoquer des baisses de ses résultats scolaires. Une illustration est l'amusement de certains camarades de narcoleptiques à le faire rire pour qu'il tombe en cataplexie!!!  Et le fait de pouvoir ressentir des paralysies du sommeil et des hallucinations a parfois eu pour conséquence de croire que ces enfants avaient des problèmes purement psychologiques ce qui les à entrainé dans une longue thérapie psychologique qui n'a pu avoir que de mauvaises conséquences pour l'enfant.
 
    Si un enfant présente des endormissements pendant les cours, s'il se plait de somnolence ou si vous le trouvez souvent endormi; si il lui arrive de tomber par terre ou de fléchir les genoux suite à une forte émotion , s'il décrit parfois des hallucinations ou encore s'il se plain parfois de ne plus pouvoir bouger à l'endormissement ou au réveil : cet enfant présente des troubles évocateurs de la narcolepsie. Il est conseillé de voir un spécialiste pour vérifier cela.
 
    Les enfants sont très sensibles aux émotions ce qui pourrait expliquer le nombre important de cataplexies qu'ils peuvent avoir en une journée. La cataplexie est quelque chose de facile à caractériser lorsqu'elle est complète, mais les cataplexies partielles sont bien moins détectées. Il faut donc faire attention à la description de ce que ressent l'enfant; quelque chose évocateur d'une cataplexie est "mes jambes sont comme des shamallow", "je sens mes genoux partir"... Il ne faut pas oublier que la cataplexie peut ne toucher que les membres supérieurs ou le visage. Une expression vide soudainement peut également être une cataplexie.
 
    Pour les enfants narcoleptiques  la prévention consiste en priorié à éviter les blessures physiques à cause des cataplexies ou de la somnolence mais aussi les blessures psychiques que peut entrainer l'incompréhension de l'enfant. Il faudra prendre en compte les événements déclenchant les cataplexies qui sont parfois très spécifiques ceci permet d'éviter la survenue des cataplexies ou de les réduire. On pourra donner un traitement à l'enfant et lui permettre de faire des siestes courtes et récupératrices et de parfois le laisser se reposer.
 
    La narcolepsie chez l'enfant si elle est détectée rapidement pourra permettre d'essayer éventuellement un traitement immunosuppresseur qui bloquerait la perte de neurone hypocrétinergiques et réduirait la narcolepsie. Mais ce traitement n'est pas encore mis en place systématiquement et n'a pas été prouvé efficace par une étude contrôlée, de plus le succès de ce traitement dépendrait grandement du délai entre l'apparition des premiers troubles et la mise en place du traitement immunosuppresseur. 
 
    Par exemple voici un spécialiste de la narcolepsie de l'enfant : le Dr Michel Lecendreux travaillant à hôpital Robert DEBRE.

Dr Lecendreux, service du professeur Mouren-Simeoni.
hôpital Robert DEBRE.
48 bd Sérurier, 75019 Paris. Tél. 01 40 03 20 00.

 

 


Dernière mise à jour : ( 21-04-2009 )
 
 
Top! Top!